Actions sur le document

Etude Attributions 2009

> Le rapport,

 

> La synthèse.

 

Conclusion de l'étude :

 

L’enquête Attributions permet d’analyser les entrées dans un parc qui représente un quart des résidences principales d’Île-de-France.

 

Bien que le taux d’attribution sur le territoire francilien retrouve la situation de 2007 (6,9%), celui-ci a baissé de 2,1 points en 9 ans passant de 9 % à 6,9%, ceci alors que le nombre des demandeurs de logements augmente, rendant ainsi l’accès au logement social de plus en plus difficile.

 

De l’étude, on peut retenir au moins quatre constats :
- 40 % des réservations bénéficient à des réservataires autres que l’Etat ou les Collectivités Territoriales. On peut y lire la spécificité de l’Île-de-France dans les mécanismes de financement partenarial et de garanties financières.

- Le parc social de la grande couronne porte la faible augmentation de la mobilité dans le parc social francilien. Les logements de la petite couronne et de Paris sont durablement occupés.

- Le mécanisme des réservations profite majoritairement aux populations les plus démunies, et ce depuis 2003. Selon les territoires, cette situation a des effets plus ou moins positifs en termes d’accès au logement et de mixité sociale. Globalement, l’atteinte des objectifs de l’accord collectif en faveur des personnes cumulant difficultés sociales et économiques conforte le rôle central du parc social dans l’accueil des plus défavorisés.

- Enfin, le contingent préfectoral est fortement mobilisé pour le relogement des ménages les plus en difficultés. Bien qu’il joue un rôle important, la mobilité y est très faible, soulignant ainsi la nécessité de rationaliser sa mobilisation.

Actions sur le document